par Guillaume Lambeets

En tant que voisin de Paul Rusesabagina, je voudrais raconter mes vécus. Les histoires que j’ai vécues avec Paul et sa famille.

Un soir en 1998, alors que j’avais 6 ans, j’étais assis à table avec mes frères, mes sœurs et mes parents. Jusqu’à ce que nous entendions un bang dans la pente du garage de la maison d’à côté. Un des chauffeurs de la camionnette avait mal évalué la descente et avait foncé dans la porte!

Nous, par la fenêtre avec curiosité: les nouveaux voisins emménagent et déménagent déjàquelques affaires. C’est là que NOTRE histoire a commencé; l’histoire de la famille de Paul et la nôtre.

Depuis qu’ils ont emménagé dans la maison voisine, nous avons pu nous entendre très bien: Moi, mes frères et sœurs avec les enfants de Paul; Lys, Roger, Diane, Trésor, Anaïse & Carine. Et les parents entre eux. C’est avec les 3 plus jeunes que j’ai eu le plus de contacts. Parce qu’ils avaient le même âge que moi.

C’était drôle de jouer avec Trèsor, Anaïse et Carine. Nous parlions tous français, ce qui facilitait le contact entre nous. En tant que famille bilingue, nous leur avons appris un peu de néerlandais, quelques mots et d’autres petits trucs. Nous avons ri et joué ensemble.

Nous sommes allés dans des écoles différentes, nous dans une école néerlandophone et eux dans une école francophone. Parfois, ils venaient nous voir pour leurs devoirs néerlandais où nous les aidions.

Mon jumeau et moi jouions au foot dans un club, quand Trésor a entendu cela, il a eu envie denous rejoindre. En tant que petit bonhomme, il avait plus de talent que nous! Alors, les mercredis après-midi, il venait jouer au foot avec nous. Au fil des années, nous avons appris à connaître le reste de la famille de Paul. Y compris Jean-Paul, un jeune homme souriant!

Avant le secondaire, ils sont partis aux États-Unis pour y suivre des cours. C’est pourquoi nous nous sommes moins vus, mais nous sommes restés en contact par le moyen des médias sociaux et de leurs parents. Ils s’y rendaient de temps en temps. Et pendant ce temps, nous surveillons leur maison.

Ensuite, Paul a beaucoup voyagé pour donner des conférences sur son expérience du passé. En 2004, il a sorti son film que j’ai ensuite regardé en famille. Alors je n’ai probablement pas compris grand-chose à ce sujet, peut-être étais-je trop jeune pour cela ?

Plus tard, j’ai mieux compris l’histoire, après le premier cambriolage à l’automne 2007. Lorsque je suis arrivé en haut des escaliers, j’ai vu la photo de Paul avec le président Bush sur le canapé, j’ai vite compris qu’il ne s’agissait pas d’un cambriolage ordinaire. Ils avaient enfoncé presque toutes les portes, vidé les armoires, tout mis sens dessus dessous et étaient partis avec quelques documents de Paul. Quand j’y pense, je vois ces images devant moi ! Et également pour les autres cambriolages.

Depuis lors, Paul a essayé de se protéger, lui et sa famille. Où qu’il soit, ici en Belgique ou aux États-Unis. Trèsor, Anaïs et Carine ont trouvé leur voie aux États-Unis ces dernières années. Et c’est ainsi qu’ils sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui. C’est toujours agréable de les revoir, quand ils sont en Belgique. Même si nous nous suivons à travers les médias sociaux, C’est chouette de se revoir après si longtemps. Et de rattraper le temps perdu.

Fin août, j’ai appris que Paul avait été arrêté au Rwanda. J’ai été surpris car j’avais toujours compris que s’il partait, il serait en danger. Beaucoup de questions me sont venues à l’esprit. Comment s’est-il retrouvé là? Pourquoi s’est-il retrouvé là-bas? N’as t’il rien vu venir? Et j’ai lu des articles sur lui dans les médias. Le soir même, j’ai appelé Carine, qui m’a tenu informé des événements.

Depuis, j’ai vu les enfants se battre pour leur père. Par tous les chemins des médias sociaux, des journaux et d’autres canaux, ils ont partagé des appels et des interviews dans l’espoir de libérer Paul. Je vois aux enfants leurs forces de combat et le poids que cela représente pour eux. Même s’ils restent forts, pour eux-mêmes et la famille.

Mais une chose est sûre, ils atteindront leurs buts et continueront à se battre! Aussi parce que, comme leur papa, ils croient que partout dans le monde, ils partagent les mêmes principes de base de liberté d’expression, de libre accès à la santé, de participation politique et de justice sociale. Et d’aider les gens comme ils le peuvent.

C’est ce qu’a fait Paul, pendant la période du génocide de 1994. Comme dirait Trésor, il n’a jamais rencontré quelqu’un prêt à faire quoi que ce soit. Paul a la volonté de tout donner pour le bien de l’humanité, en particulier: les vulnérables, les opprimés, les impuissants. L’absence de voix lui brise le cœur. Paul est maintenant celui qui est vulnérable. Trésor explique que son père est celui qui est maintenant impuissant et opprimé. Il est celui qui n’a pas de voix.

Dans la voix de Trésor, j’entends une émotion : “Papa, nous arrivons, nous sommes là pour toi, nous n’allons pas échouer. On ne cédera pas. Nous ne cédons pas. Nous ne t’’abandonnera pas. Nous continuerons à nous battre pour toi. Chaque jour est un combat pour toi. Parce que c’est ce que t’aurais fait pour nous”. Grâce aux paroles de Trèsor, son frère, et ses sœurs, qui m’ont fort touché, je reste convaincu de l’innocence de Paul, dont il est accusé. Et j’essaie de me battre avec eux pour sa libération. Ils reçoivent peu d’aide de la Belgique ! Qu’est-ce que la Belgique attend? Ce sont de mauvais moments pour nous, Covid-19, qui apporte toutes sortes de choses avec lui et réduit les vrais contacts. Et nous pouvons exercer moins de pression à cause de cela. Paul, nous arrivons vers toi!

Il reste Paul, comme je le connais, comme je l’ai toujours vu. Une personne ayant les bonnes valeurs et les bons principes de vie. Et qui a sauvé de nombreuses vies en 1994.

Mes mots à Paul : « Ne t’inquiétez pas ! Les enfants viennent vers toi et continueront à se battre pour toi. Avec le soutien de la famille, des amis et des collègues et tous ceux qui les entourent.

Ensemble, ils viendront te chercher ! Accroche-toi !

Guillaume

English translation below

The Rusesabaginas and Me

By Guillaume Lambeets

As a neighbor of Paul Rusesabagina, I would like to tell you about my experiences. These are the stories I have lived with Paul and his family.

One evening in 1998, when I was 6 years old, I was sitting at the table with my siblings and my parents. Until we heard a bang on the slope of the garage of the house next door. One of the drivers of the van had miscalculated the descent and had run into the door!

We curiously looked out the window. The new neighbors were moving in. This is where OUR story began; the story of Paul’s family and ours.

Since they moved into the neighboring house, we have been able to get along very well: Me, my brothers and sisters with Paul’s children; Lys, Roger, Diane, Trésor, Anaïse & Carine. And our parents get along too. It was with the 3 youngest that I had the most contact because we were the same age.

It was fun to play with Trèsor, Anaïse and Carine. We all spoke French, which facilitated contact between us. As a bilingual family, we taught them a bit of Dutch, a few words and other little tricks. We laughed and played together. We went to different schools; we went to a Dutch-speaking school and they went to a French-speaking school. Sometimes they came to see us for their Dutch homework and we’d help them.

My twin and I were playing soccer in a club, when Tresor heard this he wanted to join us. As a little guy, he had more talent than us! So on Wednesday afternoons, he came to play football with us. Over the years, we have come to know the rest of Paul’s family. Including Jean-Paul, a funny young man!

Before high school, they went to study in the United States. Then we saw each other less, but we kept in touch through social media and with their parents. They came home from time to time and meanwhile, we watched over their house.

Paul then traveled extensively to lecture on his experience in Rwanda. In 2004, he released the movie Hotel Rwanda and I watched it with my family. I probably didn’t understand much then. Maybe I was too young?

Later, I understood the story better, after the first burglary in the fall of 2007. I went to my neighbor's house. When I arrived at the top of the stairs, I saw the picture of Paul with President Bush on the sofa, I quickly realized that this was no ordinary burglary. They had broken almost all the doors, emptied the cupboards, turned everything upside down and left with some documents from Paul. When I think about it, I still see these images in my head! And not only this burglary, the other ones too. It happened multiple times.

Since then, Paul has tried to protect himself and his family. Wherever he is, here in Belgium or in the United States. Trèsor, Anaïse, and Carine have found their way in the United States in recent years. And that’s how they became what they are today. It’s always nice to see them again when they’re in Belgium. Even though we follow each other through social media, It’s great to see each other again after so long and to make up for lost time.

At the end of August, I learned that Paul had been arrested in Rwanda. I was surprised because I had always understood that if he went there he would be in danger. A lot of questions came to mind. How did he end up there? Why did he end up there? Didn’t he see it coming? I read about it in the media. That same evening, I called Carine, who kept me informed of the events.

Since then, I have seen the children fight for their father. Through all the ways of social media, newspapers and other channels, they shared calls and interviews in the hope to free Paul. I see in the children and their fighting strength. I see the weight it represents for them. But even through this, they remain strong, for themselves and the family.

But one thing is certain, they will achieve their goals and keep fighting! Also because, like their daddy, they believe that all over the world we share the same principles of basic freedom of expression, free access to health, political participation, and social justice. They want to help people as much as they can.

This is what Paul did during the period of the 1994 genocide. As Trésor would say, he never met anyone willing to do anything like his father. Paul Rusesabagina is willing to give everything for the good of mankind, in particular: the vulnerable, the oppressed, the powerless. The absence of a voice breaks her heart. Paul is the vulnerable one now. Trésor explains that his father is the one who is now oppressed. He is the one who has no voice.

In Trésor’s voice, I hear emotion: “Daddy, we’re coming, we’re here for you, we are not going to fail. We won’t give up. We are not giving up. We will not let you down. We will continue to fight for you. Every day is a struggle for you. Because that’s what you would have done for us.” Thanks to the words of Tresor, his brother, and his sisters, which touched me very much, I remain convinced of the innocence of Paul, of what he is accused of.

And I try to fight with them for his release. They get little help from Belgium! What is Belgium waiting for? These are bad times for us, Covid-19, which brings all kinds of things with them and reduces real contact. We can exert less pressure because of it. Paul, we are coming to you!

He remains Paul, as I know him, as I have always known him. A person with the right values ​​and the right principles of life. And who saved many lives in 1994.

My words to Paul: “Don’t worry! The children are coming for you and will keep on fighting for you. With the support of family, friends, and colleagues and everyone around them.

Together, they will come and get you! Hang on!

Guillaume

#FreeRusesabagina is fighting for the freedom of the international humanitarian activist Paul Rusesabagina.

#FreeRusesabagina is fighting for the freedom of the international humanitarian activist Paul Rusesabagina.