A letter to Ange Kagame from Carine Kanimba

By Carine I. Kanimba

Dear Ange,

I hope that this letter finds you well. My name is Carine Kanimba, I am the daughter of Paul Rusesabagina. I would like to wish you a Happy New Year and extend my best hopes that your 2021 will be filled with light.

Photo: Carine Kanimba Fay School Southborough, Massachusetts, USA

Given the circumstances, it may seem strange for me to reach out to you. But I recognize that we share similar values, experiences, and histories. We both studied in prep schools on the east coast of America and grew up being educated on the importance of values, hard work, and compassion. Our brothers even played basketball against each other in school. We also both occupy a unique position as the daughters of some of the most high-profile Rwandans in the world. It’s an honor and a heavy burden to represent our home in such a public and influential way. It is unfortunate that my first outreach to you comes at a time of division and struggle for our nation, especially given that our fathers occupy so much of that conversation right now.

I wanted to write to you because I believe that you and I can work together to both honor our fathers and our country. Our world has just endured a massive collective trauma and permanent paradigm shift because of the COVID-19 pandemic and the worldwide protests for civil rights that emerged in 2020. This year, we will be picking up the pieces and attempting to discover what’s next — just like everyone else. We were both educationally raised on the words and legacies of leaders who inspired their communities and the whole world during similar times of turmoil and change.

Those leaders — great moral giants like Martin Luther King Jr., Harriet Tubman, and Nelson Mandela — taught us the unalienable value of speaking out against injustice, fighting for a better future, and believing that humanity deserves peace, especially in its darkest hours. It was Mandela who asked the world to consider the legacies that they would inherit and later leave. “When the history of our times is written, will we be remembered as the generation that turned our backs in a moment of global crisis or will it be recorded that we did the right thing?”

This is a moment of global crisis, and you and I are, for reasons beyond our control, prominent faces of this new generation in Rwanda and across the world. We are building legacies that generations of younger leaders will later inherit, and we are standing in our own legacies right now because they were passed down to us from our fathers and from the icons we grew up admiring. Amidst a world facing deep reckonings about civil rights, public health, and justice, I am appealing to you to help me preserve a legacy for the next generation. We must not turn our backs on the forces of our global crises, we must forge ahead, even when older generations are at an impasse.

Photo: St. George’s School, Newport, Rhode Island, USA

As you may know, my father has been detained in Kigali for over four months. He was taken to Kigali after getting on a flight to a different destination and being tied up, blindfolded, and flown to Rwanda. Rwanda’s diplomats have argued that it was “luring” and that he got on the plane of his own accord and therefore consented to whatever came next. You and I, as young women, know that this argument sounds procedural on paper but is really devoid of any justification or value. In the past decade, we have seen too many of our sisters and friends get into taxis or Uber rideshares expecting to be taken to their destination — a work conference in another city, a dinner with friends, a trip to the airport — like any other paying customer, and instead be taken elsewhere to be assaulted or harmed, and we would immediately dismiss an explanation of “but she got into the car willingly.”

Though I adamantly assure you that they are not true, my assurances may not be enough to convince you that my father is innocent of the crimes he was charged with after his kidnapping. I am not asking you to believe me, I am asking for your help in ensuring that this process has a chance to play out in a setting that did not begin with an international kidnapping, and denial to his own chosen counsel for over 90 days.

You believe that it is your father who is speaking up against injustice, and you and I both recognize the value of that commitment to stand strong against wrongdoing. I ask that you put yourself in my shoes. If your father traveled internationally to speak and was “lured” onto a plane, physically restrained, taken to a different country against his will, and detained without the right to use his own counsel, would you not have the same concerns that I do? Isn’t it important and paramount to the future of Rwanda and how the world sees Rwanda to make sure our proceedings are unquestionably legitimate?

You and I have been, unbeknownst to us, preparing for this moment of global crisis our entire lives. How could we not? We grew up in a community where many of us, or our cousins and friends, lost one or both parents to a brutal genocide. In my case, it was both of my parents. I recognize your devotion to truth, reconciliation, and peace comes from witnessing and experiencing the same kind of violence and trauma. The people of Rwanda, and especially the young leaders of Rwanda, have been coping with a societal shockwave of violence for decades. We have painstakingly cultivated global genocide awareness, truth and reconciliation projects, and discussions of healing and forgiveness to cope with the unimaginable horror that was the Rwandan Genocide. Now, the world is at a breaking point of division, of a public health crisis that’s killed millions, of a global cry for justice and an end to state violence that started with #BlackLivesMatter and has touched every corner of the planet since then.

When we come out of this crisis period, other countries of the world will have no idea how to cope with mass societal trauma. But we do know how to cope, because we’ve done it our whole lives. We are built for this moment. It’s our responsibility to our ancestors, to our families, to ourselves, to our children, and to the future to make sure that Rwanda is positioned to share its lessons and lead here. To do that, Rwanda must be a beacon of peace, compassion, and fairness.

My father is a cancer patient in remission and has a cardiovascular condition. He is incredibly high-risk for COVID, has lost a significant amount of weight, and in phone calls from his prison in Kigali, he has expressed that he is ill and dizzy. International human rights groups and legal advocates have urged countries to not continue pre-trial detention for high-risk individuals like he is. Given the concerning and unjust nature of my father’s procurement and detention, I am asking you to please advocate that your father releases him to Belgian or US custody.

Photo of Paul Rusesabagina

Let us show the world that Rwanda was responsible and fair to its prisoners during the COVID pandemic. Let us show them that Rwanda’s processes are predicated on fairness, and if a step in the process has been compromised, that justice will not go down with it. Let us show them that Rwanda believes in itself and its legitimacy enough to bring charges internationally — especially on charges that will have a global impact.

Neither of us has to believe the other to accomplish this. We just have to believe in our values and our ability to bring the world out of darkness.

I am happy to talk with you further. Again, best wishes for your New Year. I hope that we can work together.

Carine I. Kanimba

Version française ci-dessous

Une lettre à Ange Kagame de Carine Kanimba

By, Carine I. Kanimba

Chère Ange,

J’espère que cette lettre vous trouvera en bonne santé. Je m’appelle Carine Kanimba, je suis la fille de Paul Rusesabagina. Je vous souhaite une bonne année 2021 et que celle-ci soit remplie de lumière.

Photo: Carine Kanimba Fay School Southborough, Massachusetts, États-Unis

Vu les circonstances, il peut sembler étrange que je vous contacte. Mais je reconnais que nous partageons des valeurs, des expériences et des histoires similaires. Nous avons toutes les deux étudié dans des écoles préparatoires de la côte Est des Etats-Unis et avons grandi en étant sensibilisées à l’importance des valeurs, du travail et de la compassion. Nos frères ont même joué au basketball l’un contre l’autre à l’école. Nous occupons également toutes les deux une position unique en tant que filles de certains des Rwandais les plus en vue au monde. C’est un honneur et un lourd fardeau que de représenter notre pays d’une manière aussi publique et influente. Il est regrettable que ma première rencontre avec vous ait lieu à un moment de division et de lutte pour notre nation, d’autant plus que nos pères occupent une grande partie de cette conversation en ce moment.

Je voulais vous écrire parce que je crois que vous et moi pouvons travailler ensemble pour honorer à la fois nos pères et notre pays. Notre monde vient de subir un traumatisme collectif massif et un changement de paradigme permanent à cause de la pandémie COVID-19 et des protestations mondiales pour les droits civils qui ont émergées en 2020. Cette année, nous allons recoller les morceaux et tenter de découvrir la suite des événements, comme tout le monde. Nous avons toutes les deux été éduquées sur les paroles et l’héritage des dirigeants qui ont inspiré leurs communautés et le monde entier pendant des périodes similaires de troubles et de changement.

Ces leaders — de grands géants de la morale comme Martin Luther King Jr, Harriet Tubman et Nelson Mandela — nous ont appris la valeur inaliénable de s’élever contre l’injustice, de se battre pour un avenir meilleur et de croire que l’humanité mérite la paix, surtout dans ses heures les plus sombres. C’est Mandela qui a demandé au monde entier de prendre en considération les héritages dont il allait hériter ainsi que ceux qu’il allait ensuite laisser. « Lorsque l’histoire de notre temps sera écrite, se souviendra-t-on de nous comme de la génération qui a tourné le dos dans un moment de crise mondiale ou sera-t-il consigné que nous avons fait ce qu’il fallait ? »

Nous vivons un moment de crise mondiale, et vous et moi sommes, pour des raisons indépendantes de notre volonté, des visages importants de cette nouvelle génération au Rwanda et dans le monde entier. Nous sommes en train de construire un héritage dont les générations de jeunes dirigeants bénéficieront plus tard, et nous sommes en ce moment même dans notre propre héritage parce qu’il nous a été transmis par nos pères et par les icônes que nous avons admirées en grandissant. Dans un monde où les droits civils, la santé publique et la justice sont profondément ancrés, je vous demande de m’aider à préserver un héritage pour la prochaine génération. Nous ne devons pas tourner le dos aux forces qui ressortent des crises mondiales que nous vivons actuellement, nous devons aller de l’avant, même lorsque les générations plus âgées sont dans l’impasse.

Photo: St.George’s School, Newport, Rhode Island, États-Unis

Comme vous le savez peut-être, mon père est détenu à Kigali depuis plus de quatre mois. Il a été emmené à Kigali après avoir pris un vol vers une autre destination et après avoir été attaché, les yeux bandés, et transporté par avion au Rwanda. Les diplomates rwandais ont fait valoir que c’était un “leurre” et qu’il a pris l’avion de son plein gré et a donc consenti à ce qui s’est passé ensuite. Vous et moi, en tant que jeunes femmes, savons que cet argument semble procédural sur le papier mais qu’il est en réalité dénué de toute justification ou valeur. Ces dix dernières années, nous avons vu trop de nos sœurs et de nos amis monter dans des taxis en espérant être conduits à leur destination — une conférence de travail dans une autre ville, un dîner entre amis, un voyage à l’aéroport — comme n’importe quel autre client payant, et être emmenés ailleurs pour être agressés ou blessés, et nous rejetterons immédiatement l’explication disant :”mais elle est montée dans la voiture de son plein gré”.

Bien que je vous assure catégoriquement qu’elles ne sont pas vraies, mes assurances pourraient ne pas suffire à vous convaincre que mon père est innocent des crimes dont il a été accusé après son enlèvement. Je ne vous demande pas de me croire, je vous demande de m’aider à faire en sorte que ce processus ait une chance de se dérouler dans un cadre qui n’a pas commencé par un enlèvement international, et d’un refus de l’avocat qu’il a lui-même choisi pendant plus de 90 jours.

Vous croyez que c’est votre père qui s’exprime contre l’injustice, et vous et moi reconnaissons la valeur de cet engagement à s’opposer fermement aux actes répréhensibles. Je vous demande de vous mettre à ma place. Si votre père voyageait à l’étranger pour parler et était “attiré” dans un avion, physiquement retenu, emmené dans un autre pays contre sa volonté et détenu sans avoir le droit de recourir à son propre avocat, n’auriez-vous pas les mêmes préoccupations que moi ? N’est-il pas important et primordial pour l’avenir du Rwanda et la façon dont le monde voit le Rwanda de s’assurer que les procédures sont incontestablement légitimes ?

Nous nous sommes préparées toute notre vie à ce moment de crise mondiale. Comment n’aurions-nous pas pu le faire ? Nous avons grandi dans une communauté où beaucoup d’entre nous, ou nos cousins et amis, ont perdu un ou deux parents dans un génocide brutal. Dans mon cas, c’était mes deux parents. Je reconnais que votre dévouement à la vérité, à la réconciliation et à la paix vient du fait d’avoir été témoin et d’avoir vécu le même type de violence et de traumatisme. Le peuple rwandais, et en particulier les jeunes dirigeants du Rwanda, ont fait face à une onde de choc sociétale de violence pendant des décennies. Nous avons laborieusement cultivé la sensibilisation au génocide mondial, les projets de vérité et de réconciliation, et les discussions sur la guérison et le pardon pour faire face à l’horreur inimaginable qu’a été le génocide rwandais. Aujourd’hui, le monde est à un point de rupture de division, d’une crise de santé publique qui a tué des millions de personnes, d’un cri mondial pour la justice et la fin de la violence d’État qui a commencé avec #BlackLivesMatter et qui a touché tous les coins de la planète depuis lors.

Lorsque nous sortirons de cette période de crise, les autres pays du monde n’auront aucune idée de la manière de faire face aux traumatismes sociétaux de masse. Mais nous savons comment y faire face, car nous l’avons fait toute notre vie. Nous sommes construites pour ce moment. Il est de notre responsabilité envers nos ancêtres, nos familles, nous-mêmes, nos enfants et l’avenir de faire en sorte que le Rwanda soit en mesure de partager ses leçons et de diriger ici. Pour ce faire, le Rwanda doit être un phare de paix, de compassion et d’équité.

Mon père est un patient cancéreux en rémission et souffre d’une maladie cardiovasculaire. Il présente un risque incroyablement élevé de COVID, il a perdu beaucoup de poids et, dans les appels téléphoniques qu’il reçoit de sa prison de Kigali, il a déclaré être malade et étourdi. Des groupes internationaux de défense des droits de l’homme et des avocats ont demandé aux pays de ne pas poursuivre la détention préventive des personnes à haut risque comme lui. Étant donné la nature inquiétante et injuste de l’appréhension et de la détention de mon père, je vous demande de bien vouloir plaider pour que votre père le remette en détention en Belgique ou aux États-Unis.

Photo de Paul Rusesabagina

Montrons au monde que le Rwanda a été responsable et juste envers ses prisonniers pendant la pandémie de COVID. Montrons-leur que les processus du Rwanda sont fondés sur l’équité et que si une étape du processus a été compromise, la justice ne sera pas rendue. Montrons-leur que le Rwanda croit suffisamment en lui-même et en sa légitimité pour porter des accusations au niveau international — en particulier des accusations qui auront un impact mondial.

Aucune de nous n’a besoin de croire l’autre pour y parvenir. Nous devons simplement croire en nos valeurs et en notre capacité à faire sortir le monde des ténèbres.

Je serais heureuse d’en discuter plus longuement. Encore une fois, tous mes vœux pour la nouvelle année. J’espère que nous pourrons travailler ensemble.

Carine I. Kanimba

#FreeRusesabagina is fighting for the freedom of the international humanitarian activist Paul Rusesabagina.

#FreeRusesabagina is fighting for the freedom of the international humanitarian activist Paul Rusesabagina.